Anything goes! *

Il convient de s’attarder un instant sur des moments aussi rares: tout augmente … (ou presque tout). 

Les cours des obligations continuent à être stimulés par le programme QE de la BCE, les prévisions inflationnistes négatives et la crainte décroissante d’une implosion de la zone euro. Les marchés des actions sont de plus en plus agités par la perspective d’une hausse des bénéfices d’entreprises dans un contexte de faiblesse continue des taux d’intérêt et d’une aversion au risque en baisse. Le dollar grimpe à cause de la hausse attendue du différentiel d’intérêt avec la zone euro. Les actions chinoises poursuivent leur spectaculaire redressement, tandis que le prix du pétrole regagne lui aussi un peu de terrain, anticipant (à tort) des changements politiques internes après la passation de pouvoir en Arabie Saoudite. Lire la suite

L’année du loriot

Ce splendide spécimen à plumes colorées de notre règne animal est réputé pour son très beau chant mais aussi pour son caractère timoré et instable. 

2014 était sans conteste son année. L’instabilité persistante et l’agitation nerveuse sur les marchés d’actions ont incité les investisseurs fébriles, à chaque coup de grisou, à chercher refuge dans des placements plus sûrs. Avant de se rendre compte très vite de la réaction excessive des marchés à ce qui apparaissait a posteriori comme une fausse alerte. L’année s’est donc clôturée sur une note joyeuse, du moins si l’on détenait un portefeuille d’investissements composés essentiellement d’actions américaines et chinoises et d’obligations d’État de la zone euro. Lire la suite

Grecs qui aboient ne mordent pas

Avec ce titre, ne concluons pas trop vite que nous voulons exprimer notre dédain face aux lamentations de la population grecque qui se cristallisent à présent dans la victoire électorale potentielle d’un parti extrémiste. Tout analyste qui arrive à faire abstraction des propos idéologiques standard de rigueur d’un parti d’extrême gauche constate rapidement que la popularité croissante des partis antigouvernementaux en Grèce s’explique par la frustration accumulée à l’égard de la politique menée. Et cette frustration n’est pas tant dirigée contre la Troïka européenne (comme l’affirme généralement notre presse) mais plutôt contre le fait que, dans la foulée de la crise de 2010, les autorités grecques sont manifestement parvenues à tirer profit des avantages de l’Union monétaire alors que le gouvernement actuel excelle avant tout dans l’art de transférer les inconvénients vers d’autres groupes et de protéger ses propres intérêts – en tout cas aux yeux d’un nombre toujours plus grand d’électeurs grecs…  Lire la suite

Que nous réserve 2015?

Il n’est pas toujours facile de voir la lumière dans l’environnement toujours trouble des marchés financiers. Nous devons résister à la tentation de faire la leçon en pointant du doigt une catastrophe imminente, comme le fait la presse populaire. Nous avons depuis longtemps abandonné cette vision négative, quelque part dans la sinistrose des années 1970, où cet état d’esprit régnait en maître. Lire la suite