Approchez, approchez! (Désormais en Europe aussi)

Nous prenons volontiers fait et cause pour les petits, surtout quand ils ont (partiellement) raison. Les arguments impitoyables qui ont été formulés par le noyau dur de la zone euro en réponse aux gémissements du peuple grec semblaient surtout destinés à un usage interne, afin de ne pas se mettre à dos les électeurs en Allemagne (et dans ses pays satellites).  Lire la suite

Tyrans!

Ces derniers jours, on prend de nouveau un malin plaisir à embêter les petits. La véritable nature de certains refait donc progressivement surface. Les paroles dures prononcées à l’égard de la Grèce nous mettent dès lors quelque peu mal à l’aise. Chacun sait pourtant à présent que le gouvernement grec ne représente pas vraiment une réelle menace pour les pays forts de la zone euro et qu’un Grexit aura surtout des conséquences dramatiques pour la population locale. Un tel scénario n’offre aucun soulagement au peuple grec, que ce soit à court ou à long terme. La seule comparaison dans l’histoire financière récente qui suit quelque peu un scénario similaire est le chemin désastreux que l’Argentine a tenté de prendre, mais qui peut difficilement être considéré comme un exemple à suivre. Lire la suite

Quand même?

Ces derniers mois, les autorités chinoises ont été critiquées de toutes parts pour leur politique monétaire trop dure et leur réticence manifeste à mettre en œuvre des incitants monétaires destinés à soutenir la relance de la croissance mondiale.

Si la deuxième plus grande économie du monde refuse pertinemment de soutenir une politique de relance, elle hypothèque gravement les chances de succès d’une telle politique. Lire la suite

Des obligations d’État perpétuelles à taux zéro

Dans les années 1980, il fallait aussi disposer de la carte du bon parti pour grimper quatre à quatre les marches de la hiérarchie de l’appareil d’État en Belgique. Mais contrairement à aujourd’hui, une bonne dose d’humour était de mise également. Un des fonctionnaires les plus en vue, qui combinait ces deux « qualités », s’était donc retrouvé au sommet du service chargé à l’époque de l’émission des obligations d’État belges. À cette période, les rendements annuels s’exprimaient encore avec deux chiffres devant la virgule et les décimales n’étaient que roupies de sansonnet. Aujourd’hui, il ne subsiste que des décimales. Lire la suite