La loi de la gravité

Malgré les efforts louables de Sir Isaac Newton – et les corrections géniales d’un certain Albert Einstein à la base théorique – nous ne sommes toujours pas capables d’expliquer cette force dominante de la nature, bien que nous sachions assez bien la décrire.

On pardonnera donc aux simples mortels que nous sommes d’avoir parfois un peu de mal à estimer précisément l’impact de la gravité, surtout après une longue période durant laquelle les cours des actions et des obligations ont semblé défier les lois de la pesanteur. Lire la suite

Le commun des mortels…

À présent que la Grèce ne semble plus (pour combien de temps?) être le centre de l’univers et que le commun des mortels a pu donner son avis sur le sujet (bien souvent sans être gêné par le manque de connaissance de la situation réelle), nous pouvons à nouveau nous concentrer sur d’autres contrées. La zone euro, la Chine et les États-Unis ayant eux aussi leur mot à dire dans la croissance de l’économie mondiale et l’humeur sur les marchés mondiaux des actions et des obligations, ces régions méritent, de temps à autre, qu’on leur prête une certaine attention. Lire la suite

Give Greece a chance

En 490 avant J.C., selon une légende tout aussi tenace que fantaisiste, un soldat (mal entraîné) a couru de Marathon à Athènes pour annoncer la bonne nouvelle : la victoire sur les troupes perses. Phidippidès avait couru à perdre haleine. Après avoir prononcé ses paroles historiques, il s’écroula des suites d’une insolation. Lire la suite

Pari gagné (mais sur quoi ?)

Tout d’abord, nos félicitations les plus sincères au peuple grec qui peut être fier de sa prise de position courageuse.

Nous nous interrogions, nous aussi, sur l’attitude des négociateurs européens : malgré cinq longues années pendant lesquelles la Grèce a dû avaler la potion amère de la zone euro, le pays n’a fait que s’enfoncer dans le marasme économique – à une période de reprise de courte durée près. Et l’Eurogroupe a continué comme si de rien n’était à prescrire le même remède inefficace. Tous les économistes ont pourtant compris depuis longtemps que les expéditions financières punitives sur la péninsule grecque ne pouvaient qu’aggraver la situation économique et financière et n’offraient plus aucune perspective d’amélioration. Mais, au moins « sur le plan comptable », les propositions de l’Europe restaient dans les clous… Lire la suite

Éloge de la folie, édition 2015

La tragédie grecque continue à attirer tous les regards. À juste titre. Du moins en partie. La situation de crise à laquelle est confrontée la population grecque exige en effet tout à la fois une solution constructive immédiate et une réponse aux problèmes structurels de la zone euro. Les pays membres de la zone euro, malgré 15 ans de coopération, restent trop hétérogènes pour former un groupe stable digne de ce nom. Ce manque de cohésion rend non seulement la zone euro fragile, mais privilégie en outre, et cela depuis le début, ses membres les plus forts. Dans de telles conditions, une zone monétaire unique n’avait pas lieu d’être. Il reste que ses mécanismes monétaires ont prouvé jusqu’à présent leur fiabilité et leur résistance. Autrement dit, l’union monétaire dans son ensemble se montre capable de résister aux développements économiques néfastes, mais n’empêche pas les pays qui y participent d’en subir les conséquences négatives de manière très différente. Et la Grèce le subit de plein fouet. Lire la suite