And the winner is …

Si le Maître de l’Univers m’écoutait, je lui suggérerais de passer au bleu la période se déroulant entre Halloween et le réveillon de Noël. Il ne se passe rien de bon, les seules choses qui prospèrent sont les embouteillages et autres désagréments d’autant plus difficiles à supporter qu’ils se déroulent sous le crachin et la grisaille automnale. Blues, nous voilà! C’est sans doute ce qui explique l’irrépressible envie de votre serviteur de se remémorer les hauts faits de l’année (presque) écoulée. Cette manie de produire des bilans annuels anticipativement est un exercice assez futile dans la mesure où les calculs seront dépassés lorsque la fin de l’année aura vraiment sonné. Lire la suite

Ni fleurs, ni couronnes

La grande crise boursière de la mi-2015, comme on l’appelait encore il y a quelques semaines, n’est déjà plus qu’un mauvais souvenir. Elle a rendu les armes après un déclenchement de violence fondé, comme souvent dans les entreprises humaines, sur des arguments complètement faux, des analyses superficielles et des conclusions hâtives. Les marchés financiers n’y échappent pas.

Nous ne verserons donc aucune larme sur ces épisodes fâcheux.

En revanche, nous allons examiner les éventuelles interprétations positives des développements survenus sur les marchés entre les mois de juin et de septembre, qui avaient suscité d’emblée notre plus grande perplexité, voire notre agacement. Il en est une particulièrement réjouissante : les erreurs régulières des marchés financiers – sous la pression de commentaires populistes cherchant à attiser la suspicion naturelle d’investisseurs mal informés – offrent des opportunités à ceux qui prennent la peine d’étudier la situation plus en profondeur. Dans des marchés baissiers comme haussiers d’ailleurs. Lire la suite