Le citoyen le plus malhonnête jamais rencontré!

Chaque génération a les hommes et femmes politiques qu’elle mérite. Ainsi, les baby-boomers ont eu droit avec Ronald Reagan au meilleur président américain de l’Histoire (il en avait d’ailleurs toujours une bien bonne à raconter). Le contraste est d’autant plus frappant avec les candidats actuels à la magistrature suprême des États-Unis: Donald Trump et Hillary Rodham. En guise de première consolation, mentionnons d’emblée que nous devions à l’époque nous farcir à la télé L’Agence tous risques alors que le petit écran vous propose aujourd’hui Game of thrones. Nous le concédons: ce n’est sans doute pas cela qui vous aidera à accepter votre triste sort. Lire la suite

… then we take Berlin.

Nous avons suivi fidèlement – comme il se doit pour un gourou de l’aura de Leonard Cohen – son conseil d’investissement en surpondérant notre portefeuille d’actions américaines. Mais l’indice des actions aux États-Unis montre quelques signes de fatigue après sa chevauchée héroïque de plusieurs années durant laquelle il ne s’est permis que quelques pauses. Depuis la chute des cours pétroliers, il a fallu également éviter les titres liés au secteur. Mais, pour le reste, nous pouvons nous réjouir de la moisson des gains boursiers, en particulier du côté des actions des entreprises technologiques et du secteur des services. Aujourd’hui, la hauteur atteinte par les indices boursiers américains doit nous inciter à réfléchir encore plus que de coutume. La question est simple: était-il justifié de grimper autant – et si oui, le marché américain conserve-t-il encore un potentiel haussier? Lire la suite

First we take Manhattan…

L’éternel barde grinçant originaire du Canada, à qui nous empruntons ce titre, nous pardonnera certainement ce plagiat. Cela ne peut que profiter à ses ventes de disques – mais dit-on cela encore aujourd’hui? Et un coup de pouce de ce côté-là ne sera pas de trop puisque le « manager » de Leonard Cohen semble s’être volatilisé avec la caisse. Depuis lors, la reconstitution du patrimoine financier du Canadien chantant semble cependant en bonne voie, merci pour lui.

Il le doit en partie aux conseils de placement que l’on peut déduire de ses textes truffés de sombres présages. Ce qui donne appliqué à la Bourse: d’abord, investir Wall Street et ensuite garnir son portefeuille d’actions américaines. Lire la suite