1000 bombes et grenades

Chez lui, il semble ne pas encore avoir trouvé la bonne voie, mais à l’étranger le président américain frais émoulu semble bien décidé à accomplir la sale besogne, un rôle qui a toujours suscité les réticences intellectuelles de son prédécesseur. Il n’a pas hésité en tout cas à saisir toutes les opportunités qui se présentaient au-delà des frontières américaines pour redonner une certaine allure à ses premiers mois de présidence. Il a regonflé ainsi son capital politique, histoire de ne pas se profiler d’emblée comme un canard boiteux après la série de défaites politiques intérieures qu’il a subies dès le début de son mandat. Malgré les promesses électorales explicites, aucun mur n’a (encore) été érigé (car cela coûterait une fortune à l’État du Texas), les obligations pour obtenir un visa américain n’ont pas été renforcées (car cela enfreindrait la Constitution) et la suppression de l’Obamacare a subi un échec cinglant (car la réforme soumise aux parlementaires était confuse). Le nouveau président a cependant mis en œuvre en parallèle des mesures qui ont réussi à rassurer l’establishment républicain, comme des baisses d’impôts et des travaux d’infrastructures pour ressouder une plateforme politique domestique dont il aura bien besoin par la suite. Lire la suite

Canard boiteux

Bienvenue en cette période de douches froides sur les marchés financiers! Après toutes les nouvelles encourageantes des mois écoulés (surtout en provenance des États-Unis), qui sont d’ailleurs déjà intégrées en grande partie dans les cours boursiers, place à l’heure de vérité, à l’aune des investissements concrets, des dépenses de consommation et des bénéfices des entreprises sonnants et trébuchants. Lire la suite