Petit aperçu de ce qui nous attend (peut-être)

Après une énième série de records, les valorisations sur la plupart des marchés d’actions internationaux sont sans doute élevées mais correspondent toujours à un scénario économique réaliste, basé sur la faiblesse persistante des taux d’intérêt à long terme, un taux directeur négatif dans la zone euro et une pression haussière limitée sur les taux d’intérêt américains à court terme. Au cours des douze derniers mois, le taux directeur américain a déjà connu quelques ajustements à la hausse, si bien que la prochaine remontée ne pourrait intervenir qu’en décembre, mais plus vraisemblablement encore en mars 2018. Presque une éternité sur les marchés financiers. Lire la suite