Mère-grand, que vous avez de grandes dents!

Dans la version originale, cela avait mal fini. Et comment s’en étonner. Armée de son enthousiasme juvénile, de la volonté de n’en faire qu’à sa tête, d’un couvre-chef rouge excentrique et d’une naïveté invraisemblable, l’héroïne du conte ne devait en définitive son funeste sort qu’à elle-même.

Le loup, qui ne suivait d’ailleurs qu’un penchant bien naturel, avait tout de même eu la bonté d’agrémenter le récit d’un étonnant déguisement, sans réussir toutefois à dissimuler ses grandes dents.

Mais les histoires qui finissent mal se vendent mal en général. Les frères Grimm ont donc imaginé un dénouement tout simplement incroyable pour que l’histoire se clôture sur un happy end. Lire la suite

Et si on oubliait le mois d’août une fois pour toutes!

Le mois d’août semble prendre plaisir à déjouer les plans des humains, les grands de ce monde comme le commun des mortels. Est-ce dû au raccourcissement subit, et toujours surprenant, des jours qui annonce l’arrivée inexorable de l’automne et de l’hiver? Ou plutôt au sentiment que tout ce qui devait être récolté est déjà engrangé, même si la moisson n’a pas été fameuse et qu’il n’y a plus rien à attendre des mois qui nous séparent de la fin de l’année? C’est aussi le souvenir collectif, à présent inscrit dans notre ADN, des échecs retentissants qui semblent être le lot funeste des plans grandioses concoctés dans la ferveur des mois d’été et qui s’enlisent ou dégénèrent dramatiquement dans les mois qui suivent. Comme lorsque les hordes teutonnes envahissent notre petit pays le 4 août 1914 en croyant pouvoir revenir tranquillement dans leurs foyers à la Noël. Ou la contre-offensive britannique tragique lancée en août 1917 qui s’embourbe ensuite dans les plaines d’Ypres. Ou le dictateur irakien qui décide le 2 août 1991 d’envahir son petit voisin riche en pétrole, persuadé qu’il n’en ferait qu’une bouchée. Un conflit dont les retombées nous affectent toujours aujourd’hui. Ou peut-être aussi un événement du 2 août 1964, aujourd’hui oublié: l’intervention menée dans la baie du Tonkin par les troupes américaines qui l’imaginent rapide et décisive. Elle se terminera piteusement en 1975 avec leur départ du Vietnam dans un chaos indescriptible. Lire la suite

Méfiez-vous surtout des nez crochus

Nous en avons à peine entendu parler mais nous le prendrons pour argent comptant: un thème pictural est omniprésent sur les murs des écoles primaires nord-coréennes. Sous couvert d’éducation artistique, il s’agit d’édifier la conscience politique de la jeunesse de ce pays cerné de toutes parts! Sur un mur, quelques malheureux petits Coréens sont attachés à un arbre pour y être torturés affreusement (les détails très réalistes ne laissent planer aucun doute à ce sujet) et sur l’autre, un groupe de jeunes femmes effrayées prennent leurs (jolies) jambes à leur cou. La scène laisse d’ailleurs entrevoir qu’elles n’échapperont pas à leurs poursuivants dont l’expression traduit clairement leurs intentions lubriques. Sur les deux tableaux, les malfaisants sont facilement identifiables. Pas tellement à leurs uniformes militaires mais bien à l’énorme nez crochu dont ils sont tous dotés et qui établit immédiatement le lien avec l’ennemi juré: les yankees. Lire la suite