After the goldrush

La ruée vers l’or qui, en 1849, a amené des dizaines de milliers de pionniers jusqu’aux confins du Far West, n’a enrichi qu’une poignée de chercheurs d’or. Seuls les vendeurs de pelles, de pioches et de mulets, sans oublier les tauliers des saloons et autres tripots, ont réussi à accumuler une petite fortune. Il en va tout autrement de la hausse boursière qui a commencé à la fin de 2011 et qui a procuré à chacun de ses participants (avec un peu de patience et de vista) un return plus que confortable.

Et les Bourses mondiales ne semblent pas vouloir s’arrêter en si bon chemin: elles affichent une foi inébranlable en l’avenir en battant à nouveau record sur record, inspirées par une nouvelle flambée impressionnante des cours des actions américaines. Nous n’allons pas bouder notre plaisir. Lire la suite

2018, comme vous ne l’aviez encore jamais vue

L’avenir semble prendre un malin plaisir à se libérer des chaînes que toutes sortes de prévisions veulent lui imposer. Nous nous garderons donc bien de vous énoncer des certitudes sur l’année à venir, sauf à vous dire qu’en cette année chinoise du chien, les marchés des actions et des obligations vont fluctuer et que les Diables rouges, après des débuts difficiles, devront enregistrer un supplément de bagage à leur retour de Russie, pour embarquer rien moins que la Coupe du monde!

Pour le reste, nous ne pouvons faire appel qu’à notre science éprouvée de la mécanique des marchés financiers, basée sur la modélisation des mouvements de la plupart des facteurs déterminants. Lire la suite

Souvenirs de l’an prochain

Chaque année, le début des sombres journées du mois de décembre inspire à la communauté des analystes économiques (à laquelle nous appartenons) l’envie irrésistible d’éclairer de leurs lumières le paysage financier qui se dessine pour les douze mois suivants.

On ne se lasse pas de les entendre, ces considérations profondes (mais surtout jargonnantes), truffées de calculs savants et encadrées (on n’est jamais trop prudent) par moult hypothèses et suppositions, qu’ils servent au grand public, ébahi par tant d’érudition mais pas plus avancé que cela.

L’avenir prend plaisir en réalité à se jouer de notre incapacité à l’analyser. Il a tôt fait de miner les pierres angulaires de nos perspectives par des événements imprévus (et imprévisibles) sur le front économico-financier ou par des évolutions politiques inattendues.

Comme vous avez sans doute rangé au placard (aujourd’hui numérique) nos considérations stratégiques, mûrement réfléchies, de l’an dernier, nous nous permettons de vous les rappeler avant de vous dévoiler ce que nous voyons dans notre boule de cristal pour 2018. Lire la suite

Ce n’est pas le moment de jouer les héros (non diversifiés)

Les seules élections qui comptaient un peu à nos yeux ont conduit à une forme d’impasse jusqu’à présent. Les scrutins français, néerlandais et même américains ne nous ont guère émus et ont même produit des résultats plutôt positifs, du point de vue des rendements boursiers.

Les élections en Allemagne charrient de plus grands enjeux. La (toujours) chancelière allemande est en effet, depuis des lustres, le point d’ancrage de la zone euro. Nous serions beaucoup plus marris de la voir quitter la scène politique allemande et européenne.   Pour l’heure, les négociations découlant des résultats des élections du mois de septembre butent sur des oppositions/contradictions inconciliables à première vue. Un blocage inhabituel pour nos voisins d’outre-Rhin, alors que les échiquiers politiques belge et néerlandais sont le théâtre depuis des temps immémoriaux de longues et harassantes tractations politiques au lendemain de pratiquement tous les scrutins. Lire la suite

Schtroumpf grognon

Tout comme notre idole schtroumpfé de bleu et de blanc, nous n’aimons (pratiquement) rien. Pour être plus précis: nous haïssons tout ce qui perturbe le fonctionnement normal des marchés financiers, surtout dans le contexte actuel, marqué par un potentiel haussier limité des taux d’intérêt à long terme et une croissance économique plus que suffisante pour hisser à un niveau record tant les résultats des entreprises que le marché de l’emploi, sans provoquer de dérapage des prix.

Nombre de Bourses mondiales ont ainsi atteint récemment de nouveaux sommets historiques, en étant soutenues par des primes de risque qui offrent toujours un bon matelas pour absorber les (inévitables) fluctuations futures mais aussi par une volatilité attendue extrêmement basse (déduite des marchés d’options). Les indices Dax en Allemagne, S&P Composite, Dow Jones et Nasdaq aux États-Unis mais aussi l’indice général MSCI Europe culminent à des niveaux inédits, ce qui malheureusement a réveillé les indécrottables oiseaux de malheur. Leur réaction est aussi prévisible que les gelées matinales en novembre. Lire la suite

À courte vue

Ne nous demandez pas de prendre parti dans le conflit politique qui oppose Madrid et Barcelone. Le choix qui se présente à nous n’est en effet guère enthousiasmant entre la main de fer d’un régime unitaire et le régionalisme doucereux de leaders radicaux soudain pris de vertige. Le premier fait preuve d’une violence que le fin connaisseur Duc d’Albe aurait sans doute appréciée tandis que les seconds se drapent dans leur sentiment de supériorité (économique ou de tout autre ordre). Le pari risqué du leader catalan d’agiter l’option nucléaire d’une scission pure et simple semble en tout cas tourner à son désavantage maintenant que les classes moyennes de sa région se mettent à douter des bénéfices économiques d’une indépendance et que ses alliés d’extrême-gauche ne lui laissent pratiquement aucune marge de manœuvre. En répondant vaguement à l’ultimatum de Madrid exigeant qu’il précise si oui ou non il avait déclaré l’indépendance de la Catalogne durant son long discours du 12 octobre, le président catalan a renvoyé la balle dans le camp de Madrid où un Premier ministre droit dans ses bottes, et une fière vice-première au regard noir, lui promettent enfer et damnation.   La Teoría del Loco – comme vous vous en souvenez sans doute. Lire la suite

The Madman theory (et à présent: La Teoría del Loco)

Comme l’entourage du président américain en exercice nourrissait (plus que) de sérieux doutes sur sa santé mentale, il a lui ôté l’accès aux codes de lancement des missiles nucléaires. Il s’en fallait de peu. On craignait en effet un geste de désespoir du président qui ne comprenait pas pourquoi une peccadille comme le « scandale du Watergate » avait pris de telles proportions alors que cet « incident » n’avait eu aucune importance politique. Nixon n’avait-il pas réussi à se faire réélire avec un écart (inédit) de 18 millions de voix sur son adversaire (qui était même contesté dans son propre camp)? Lire la suite

Mère-grand, que vous avez de grandes dents!

Dans la version originale, cela avait mal fini. Et comment s’en étonner. Armée de son enthousiasme juvénile, de la volonté de n’en faire qu’à sa tête, d’un couvre-chef rouge excentrique et d’une naïveté invraisemblable, l’héroïne du conte ne devait en définitive son funeste sort qu’à elle-même.

Le loup, qui ne suivait d’ailleurs qu’un penchant bien naturel, avait tout de même eu la bonté d’agrémenter le récit d’un étonnant déguisement, sans réussir toutefois à dissimuler ses grandes dents.

Mais les histoires qui finissent mal se vendent mal en général. Les frères Grimm ont donc imaginé un dénouement tout simplement incroyable pour que l’histoire se clôture sur un happy end. Lire la suite