Tout le monde?

Il était une fois un Italien, un Allemand et un Belge…

Vous vous attendez sans doute à ce que je vous en raconte une bien bonne, basée sur des stéréotypes simplistes. Au risque de vous décevoir, nous ne pratiquons pas ce genre d’humour. Nous devrions d’ailleurs citer la longue liste des nationaux du Vieux continent parce que tous les habitants des États membres de l’UE sont concernés par notre propos.

Il a fallu nous frotter les yeux à plusieurs reprises pour surmonter notre étonnement. Le dernier rapport économique sur l’évolution attendue de l’activité économique dans l’Union européenne prévoit en effet des chiffres positifs pour tous les États membres de l’UE, avec un rythme moyen de croissance annuelle de 1,8 % pour les deux prochaines années. Lire la suite

Pari gagné (mais sur quoi ?)

Tout d’abord, nos félicitations les plus sincères au peuple grec qui peut être fier de sa prise de position courageuse.

Nous nous interrogions, nous aussi, sur l’attitude des négociateurs européens : malgré cinq longues années pendant lesquelles la Grèce a dû avaler la potion amère de la zone euro, le pays n’a fait que s’enfoncer dans le marasme économique – à une période de reprise de courte durée près. Et l’Eurogroupe a continué comme si de rien n’était à prescrire le même remède inefficace. Tous les économistes ont pourtant compris depuis longtemps que les expéditions financières punitives sur la péninsule grecque ne pouvaient qu’aggraver la situation économique et financière et n’offraient plus aucune perspective d’amélioration. Mais, au moins « sur le plan comptable », les propositions de l’Europe restaient dans les clous… Lire la suite

Éloge de la folie, édition 2015

La tragédie grecque continue à attirer tous les regards. À juste titre. Du moins en partie. La situation de crise à laquelle est confrontée la population grecque exige en effet tout à la fois une solution constructive immédiate et une réponse aux problèmes structurels de la zone euro. Les pays membres de la zone euro, malgré 15 ans de coopération, restent trop hétérogènes pour former un groupe stable digne de ce nom. Ce manque de cohésion rend non seulement la zone euro fragile, mais privilégie en outre, et cela depuis le début, ses membres les plus forts. Dans de telles conditions, une zone monétaire unique n’avait pas lieu d’être. Il reste que ses mécanismes monétaires ont prouvé jusqu’à présent leur fiabilité et leur résistance. Autrement dit, l’union monétaire dans son ensemble se montre capable de résister aux développements économiques néfastes, mais n’empêche pas les pays qui y participent d’en subir les conséquences négatives de manière très différente. Et la Grèce le subit de plein fouet. Lire la suite

Grand-mère au sommet

Dans les pourparlers diplomatiques, la règle numéro 1 implique que vous ne pouvez l’emporter sur votre adversaire que si vous êtes capable de lui faire une proposition dans laquelle il perd tout, sauf la face.

Les négociateurs européens semblaient vouloir viser l’humiliation complète. La solution ultime que tentait de présenter le Premier ministre grec devant son gouvernement lui permettrait de tourner le dos aux négociations, faire avaler à la population grecque toutes les mesures d’économie sans en porter le chapeau par la suite et éviter à la Grèce le destin amer d’un Grexit. Pour apporter au drame la touche de sentiment nécessaire, le Premier ministre Tsipras n’a pas manqué de citer sa propre grand-mère: si elle acceptait les économies imposées, il les accepterait également… Lire la suite

Vouloir et ne pas pouvoir

Les tentatives louables de la BCE ne parviennent pas malheureusement à redonner du tonus à l’économie de la zone euro. Les causes (et non pas les remèdes) sont maintenant bien connues. La politique monétaire bien intentionnée consistant à faire fonctionner la planche à billets à plein régime est neutralisée en effet en grande partie par les mesures d’austérité budgétaire que les pays de la zone euro mettent en œuvre pour assainir leurs finances publiques. L’utilité marginale de ces économies se réduit cependant comme peau de chagrin: le gain poursuivi n’est plus atteint et les inconvénients prennent de plus en plus d’ampleur.  Lire la suite